Force Ideal Ensemble Respect

F.I.E.R. d'être Berrichon !
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Conférence sur l'Indépendance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
June
Admin
avatar

Nombre de messages : 2687
Age : 38
Localisation : J'aurais bien une réponse, mais ça serait déplacé. Voilà.
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Ven 3 Fév 2012 - 8:03

Et tandis que le Président du FIER attendait la suite, voilà qu'une femme s'approchait de lui. Et pas n'importe laquelle !
C'était une pirate !
Norf, il était gâté ce jour, la Reyne à sa gauche, la Pirate à sa droite. Il espérait que Poumona ne veuille pas tuer la Reyne, lui qui avait horreur d'être sali, il sortirait plein de sang et on le croirait boucher.


June, George m'a demandé de protéger la Reyne, ça fait mal dans l'égo mais si tu tentes ne serait-ce qu'une petite gifle, je vais devoir t'en empêcher, ceci dit tu peux m’assommer avant, comme ça j'aurais une excuse pour t'avoir laissé faire !

Protéger la Reyne ? Voilà une toute autre idée ! Il pensa que Prudence de Champlecy ne devait pas être vraiment ravie de devoir supporter cette tâche, et il pensa juste. Ce vieux farceur de George avait plus d'un tour dans son sac !
En attendant, la Majesté en personne regardait l'estrade, rien de plus. Aucune réaction. Peut-être était-elle diminuée, ou alors vraiment intéressée par George qui s'était arrêté ?

Il hocha la tête en direction de sa nouvelle voisine en guise d'acceptation. Il n'avait pour l'instant pas l'intention de toucher à Nebisa, de toute façon.

Le blond grommela ; George devait continuer, on allait s'ennuyer sinon... Le Poilu se faisait toujours attendre, et tout le monde buvait ses paroles. Il fit signe au Duc d'Aigurande de poursuivre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loups.iowoi.org/
Georgepoilu
Admin
avatar

Nombre de messages : 5279
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Sam 4 Fév 2012 - 17:10

posant son verre (HRP:désolé pour le retard, heureusement que le temps rp est élastique/HRP)

Comme je vous le disais, un contrat vassalique est donc passé entre le noble cernant la couronne de France et le Duc de Berry. Malheureusement, Paris n'a jamais respecté ses obligations de suzerain et a rapidement voulu transformer ce contrat en une servitude des provinces.

Initialement les provinces doivent respect, aide et conseil; rien de plus, rien de moins...

La machine royale d'asservissement entre alors en jeu et progressivement distille son venin.

Acte 1: le Roy de France pond un texte appelé charte de france et l'impose aux provinces vassales. Il s'y arroge le pouvoir législatif et judiciaire en dehors de ses terres... on se demande bien en vertu de quoi, mais il le fait...il s'agit du début de la mise sous tutelle des provinces dites souveraines. Les vassaux qui devaient respect, aide et conseil, doivent ajouter à leur serment qu'ils doivent aujourd'hui avoir une justice et uen législation conforme au bon vouloir du roy de france.

Acte 2: pour garantir le respect par les provinces de cette volonté royale de leur imposer lois et servitudes, Paris crée une cour d'appel qui réformera les décisions judiciaires qu'elle estimera non conforme aux volontés royales...

Comme un noble n'est puissant qu'en vertu des terres sous son autorité, Paris va imposer l'acte 3 de soumission, retirer aux régnants des provinces la gestion de leurs terres. voilà donc la création de la hérauderie royale où ds fonctionnaires parisiens étranger aux provinces vont décider en lieu et place des provinces qui a le droit ou non d'etre annobli et posséder des terres de ces provinces...

Acte 4: la disparition des spécificités provinciales pour faire croire que toutes les provinces sont égales et similaires et ainsi répandre le myhthe d'une France une et indivisible... Interdiction est notamment faite au Berry de conserver des marquis, des chevaliers de Berry, l'alleu avec Noirlac est dénaturé en un banal fief.

Le temps aux provinces d'assimiler cette soumission progressive et quelques années plus tard, acte 5: le secrétariat d'état. pour surveiller les provinces, Paris crée son réseau d'espions ...

Acte 6: interdiction est faite aux provinces d'avoir leur diplomatie personnelle en dehors des limites de la france et volontés de la couronne. interdiction de reconnaître la Provence, interdiction d'avoir un traité militaire avec la Bretagne, annulation des échanges de fief par traité. Bref, le régnant de la province perd la gestion de sa politique extérieure. Pour le Berry, cela équivaut à dire que le traité d'alliance militraire avec la Bretagne est nul , que le traité du ponant est inapproprié, que l'ancien traité avec la franche comté (aujourd'hui annulé) avait une clause nulle d'échange de fief et que nos traités d'ambassade prévoyant la cession de terres des ambassades étaient nuls,... ingérence quand tu nous tiens...

Acte 7: plus fort encore dans cette volonté d'asserviment des provinces, Paris décide quelques années plus tard, de déterminer les pouvoirs de son vassal en ces terres... voilà qu'apparait la notion de régent et que Paris fait sienne l'idée délirante de Llyr qui dit que "le roy fait le Duc qui ne devient duc de Berry que par sa reconnaissance royale"... vision complètement absurde. le Duc de Berry est duc de Berry de par son élection en Berry. Le serment à la couronne confirme le lien entre le Berry et la couronne, rien d'autre.
Evidemment s'il faut asservir les provinces, il faut restreindre les droits des dirigeants de ces provinces... Aujourd'hui dans la vision parisienne, ne sera duc ou comte de sa province que celui qui obéira fidèlement au Roy ou à tout le moins ne lui causera pas de soucis.

Dans la même logique, Paris impose un autre raisonnement juridiquement absurde. Quand le Roy est en conflit avec une province, ce n'est pas la province qui est décrétée félone et donc en rupture vassalique - ce qui serait logique - mais son régna nt qui est décrété indigne de diriger sa province en devenant félon ... vraiment le sommet de l'absurdité pour un juriste.

Aujourd'hui, le dernier acte, le 8e est occupé à s'écrire à Paris où la couronne tente d'imposer aux provinces un nombre minimum de soldat à lui envoyer pour ses guerres. Le duc n'aura donc même plus la gestion de ses hommes...



un petit moment de silence


voilà comment Paris a progressivement modifié la nature du serment vassalique pour passer d'une province souveraine dirigée par un Duc/comte qui prend des engagements avec un autre noble( roy de france) à une relation de maître à esclave !

Et si encore, Paris respectait ses engagements... mais c'est loin d'être le cas...

Le Roy doit protection et justice... prenons le cas du Berry

protection... la couronne n'est pas sensé intervenir dans les guerres privées de ses vassaux, et pourtant, à deux reprises, le roy a envoyé ses armées défendre Tours, permettant ainsi aux tourangeaux d'envoyer toutes leurs forces en attaque sur le Berry. Sans cette protection de Tours, jamais la touraine n'aurait pu envoyer autant d'homme en 1457 pour aider aux assauts de l'ADC sur Chateauroux. Sans cette aide royale, jamais Chateauroux ne serait tombé.
L'intervention royale est la cause de l'infériorité berrichonne lors des combats et donc la chute de chateauroux. Et à cette époque, point de breton ou de ponant pour justifier leur intervention, juste la haine habituelle du Berry par ces parisiens

En 1459, Paris recommence, ils défendent la Touraine, permettant ainsi aux tourangeaux d'attaquer en masse sans se soucier de défendre leur pays...

Voilà comment la couronne entend exercer sa protection à notre égard ! Et après ils s'étonnent que nous les supportions de moins en moins...


et la justice... le Berry a un traité de non agression avec le Bourbonnais auvergne dont une clause prévoit que les deux provinces confient à la pairie le soin de déterminer l'indemnisation dûe par celui qui viole le traité. Ancien traité, ancienne guerre,... le Bourbonnais auvergne nous attaque en violation du traité, ce qu'ils reconnaitront d'ailleurs eux mêmes, mais cela n'empêchera évidement pas la pairie, conseil privé du roy de déclarer que c'était normal que le B-A ne verse pas d'indemnité pour le traité rompu car il a été rompu de par la guerre... cette affaire date et de devrais rechercher les détails de cette affaire ancienne mais le détail importe peu, ce qui importe ici est de constater que Paris ne rend pas justice impartiale mais en fonction des intérêts de la bande des copains qui remplissent ce conseil privé du Roy. d'ailleurs, regardons la composition des institutions françaises et cherchons les ponantais... un tonneau de bug à celui qui en trouve dans la direction ou les proches conseillers du Roy !



une autre petite pause pour vider un verre de son alcool préféré

Après cette explication, je crois que vous avez tous les éléments pour juger par vous même et mieux comprendre pourquoi des provinces attachées à leurs histoires, à leur libertés décident de se détacher de cette france qui n'est pas la leur.

La France n'apporte aucune valeur ajoutée au Berry, alors pourquoi subir cette situation ? Posez vous donc la question.

Sur cette réflexion, je vous remercie de votre attention et rend la parole à notre maitre conférencier

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Retz

avatar

Nombre de messages : 1111
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Sam 4 Fév 2012 - 17:41

Enfin, alors que tout le monde trépignait d'impatience, George prit la parole et termina son exposé.
L'écoutant attentivement parler, Retz se retint de l'applaudir par moment, songeant qu'en faisant appel au duc de Berry, il ne s'était pas trompé. En effet, le vieillard ignorait certains éléments, comme le fait que ce que l'on présentait aujourd'hui aux provinces vassales comme des devoirs acquis et des impératifs, avait en réalité été imposé aux Grands feudataires par Paris au cours du temps.

A la fin de l'intervention du Poilu, Retz se leva et s'adressa au public :


Merci à George Poilu pour cet exposé très intéressant sur les relations Berry-Paris.

Avant de poursuivre, peut-être l'un d'entre vous a-t-il une question qu'il souhaiterait poser au duc de Berry et d'Aigurande ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alleaume

avatar

Nombre de messages : 2384
Date d'inscription : 25/11/2009

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Sam 4 Fév 2012 - 23:45

* Le jeune homme était assit sur son siège, cela commençait à être long, du monde continuait encore et encore d'arriver, lui continuait de se tasser dans son siège. Enfin le Duc George prit la parole, Alleaume écoutait attentivement, au mots du Duc, il savait pourquoi il était ici, en Berry, proche de lui et menant le même combat, il était entièrement d'accord avec les propos qu'il décrivait, à la fin du discours du vieux Duc, et une fois que Retz eu prit la parole, Alleaume tapa à cinq reprises dans ses mains afin de marquer son remerciement pour l'allocution. *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kateline

avatar

Nombre de messages : 609
Localisation : Bourges
Date d'inscription : 25/03/2011

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Dim 5 Fév 2012 - 9:23

Kate avait suivit l'intervention du vieux George avec beaucoup d'attention, faisant fi des chuchotements et autres arrivées tardives.
Tout ce qui était dit ici était intéressant et démontrait sans détour les raisons de leur combat de ces derniers mois.
Elle frappa dans ses mains un instant pour remercier le Duc de son intervention, puis elle se renfonça dans son siège en attendant la suite, de questions elle n'en avait point mais était fort curieuse de voir les réactions de chacun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://atelier-de-kateline.xooit.fr/index.php
Iskander

avatar

Nombre de messages : 69
Localisation : Saint Pol de Léon
Date d'inscription : 21/11/2010

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Dim 5 Fév 2012 - 15:52

Et de me relever pour revenir entre l'Illustre velu ... qui a du en entendre mille plaisantes sur son nom ... et l'Eternel Aïeul de la dynastie de Champlecy.

Toutes mes félicitations. C'était vraiment très instructif et inspirationnant. Je voulais vous demander si vous ne verriez pas d'inconvénient à ce que je digresse sur la situation de Genève autant que celle de Provence. Je pense que les situations différentes méritent une analyse qui permettra une conclusion qui est déjà moins hypothétique.

Et de faire un petit coucou discret ... enfin, autant qu'on peut être discret au milieu de l'estrade, à Sa Majesté Hersende de Brotel, Marquise des Alpes occidentales, qui venait de s'asseoir juste à côté de l'autre Majesté.

Joindre les mains pour montrer mon contentement.

Puis les croiser sur ma poitrine pour lui montrer mon affection.

Et enlacer mon voisin correspondant, en miroir, puis désigner, d'une auréole, la couronne que sa voisine porte, la désigner du doigt pour être sûr et lui faire un immense clin d'oeil ...

... et revenir au regard intrigué de l'aieul.


Euh ... je ne faisais que saluer discrètement Sa Majesté et lui présenter sa voisine, Vénérable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mydryon



Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 21/01/2012

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Dim 5 Fév 2012 - 16:36

Mydryon avait écouté tout le discours, et les arguments intéressants bien que contestables.
Puisque Retz le proposait, il avait bien une question qui trainait dans sa tête.

Il se leva et attendit l'accord du maitre de conférence pour poser sa question.


Bonjour,


Certains ici me connaissent, je le Secrétaire d'État d'Orléans.
J'ai une question en deux parties.
Vous parlez d'une dictature de la France qui durerait depuis bien longtemps. Lorsque la Reyne au printemps dernier vous avait accordé une chance de ne plus être félon, votre réaction laissait à penser que vous approuviez ce possible retour à la vassalité. Qu'est-ce qui a fait que vous n'avez pas saisi l'occasion ni revendiquer votre félonie comme vous le faites aujourd'hui?
Ma seconde question concerne le secrétariat d'état que je connais particulièrement. Vous en parlez comme d'un système d'espionnage, mais la secrétaire d'état du Berry a tout de même fait parti du conseil berrichon sans forte réaction de votre part. N'est-ce pas une certaine contradiction?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iskander

avatar

Nombre de messages : 69
Localisation : Saint Pol de Léon
Date d'inscription : 21/11/2010

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Dim 5 Fév 2012 - 17:34

... belles questions. J'en aimais le ton, qui montrait assez bien l'infatuation du cénacle dont elle émanait.

"Une chance de ne plus être félon" ... acceptez ou mourez. Mes combourgeois avaient répondu depuis longtemps à cette question, et la guerre perdurait, sans fin ... partout. Et on les chassait, partout aussi.

Tant qu'on parlerait ainsi, la guerre ne ferait que s'atténuer au gré de la fortune des armes, sans jamais s'arrêter ... et pour reprendre de plus belle.

Quant à l'imposition d'un espion forcé dans le conseil ... et bien, le ton de la première question permettait d'augurer la suite qui eut été donnée à l'opposition à celle-ci ...

Je retournai m'asseoir en attendant la réponse du Duc.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georgepoilu
Admin
avatar

Nombre de messages : 5279
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Dim 5 Fév 2012 - 18:05

A la question de mydryon

AH voilà notre ambassadeur orléanais, content de vous voir en notre pays cher voisin.

Concernant cette félonie, elle n'existe que dans l'esprit des dirigeants français. pour les berrichons et les provinces amies et partenaires du Berry, je suis et reste le Duc de Berry. Si la Reyne refuse de reconnaître le Duc de Berry, cela est son problème, point celui du Berry.

A aucun moment, je ne revendique ce statut de félon, le seul titre par lequel je me présente et agit est celui de Duc de Berry, ou Duc d'Aigurande quand je ne siège point sur le trône ducal.

Concernant la Reyne Beatriz, il avait été convenu lors de sa campagne électorale que cette tracasserie parisienne (la félonie) serait supprimée. Mon ami et conseiller Thomas de Clérel m'avait donc demandé de lui écrire pour rappeler cette promesse électorale. Elle avait d'abord demander un écrit officiel pour justifier sa décision à l'égard des ordres royaux et de la pairie, ce que j'ai alors rédigé. Evidemment les promesses n'engagent que ceux qui les font et elle est revenue sur sa parole en décrétant que je passais du statut de félon à celui de régent. Ayant une province à gérer, je ne souhaitais pas ergoter au sujet des dernières inepties parisiennes et deux mois plus tard, elle a cédé aux pressions de ces conseillers pour me rétyablir dans ce statut auquel les parisiens aiment me placer. Félon pour avoir gérer ma province en bon père de famille, voilà qui est cocasse mais tellement illustratif de la maniere dont la France a mal évoluer et dont elle a réussi à imposer cette relation de maitre à esclave.

Me voilà redevenu félon sans jamais avoir posé le moindre acte ou geste qui nuise à la couronne de france. EVidement, tout le monde sait que ce statut de félon m'est octroyé pour simplement rappeler un peu trop souvent aux parisiens que le lien vassalique ne correspond pas à la france qu'ils nous imposent.

je n'ai aucun soucis à être vassal du Roy de france s'il reste à sa place de suzerain et arrête de se prendre pour le maître gérant son cheptel d'esclaves.


Quant à la baronne Asterie, je ne désespère pas de la voir un jour quitter cette fonction parisienne. Quoi qu'il en soit, elle a prouvé sa fidélité au Berry à de nombreuses reprises. La dernière fois en tombant au combat sur les murailles de Bourges en même temps que moi.

la fonction du secrétaire d'état étant notamment d'informer paris de ce qui se passe dans sa province, je maintiens mon avis sur ce réseau officiel d'espionnage. Le Berry est un petit pays et Asterie et moi venons du même village. Nous nous connaissons depuis l'enfance et je ne peux imaginer ma vieille amie trahir le Berry. Mais vous avez raison sur ce point, la présence du secrétaire d'état berrichon sur la même liste que le félon poilu est un paradoxe berrichon difficile à expliquer à celui qui est étranger.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iskander

avatar

Nombre de messages : 69
Localisation : Saint Pol de Léon
Date d'inscription : 21/11/2010

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Dim 5 Fév 2012 - 18:12

... et donc, j'avais bien mal compris, sauf l'infatuation. Autant pour moi ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nebisa

avatar

Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 21/01/2012

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Dim 5 Fév 2012 - 20:42

Avec attention et un amusement non dissimulé à certains moments, la Souveraine avait écouté le Duc George faire son exposé, prenant quelques notes parfois, piochant une praline dans son aumônière à d'autres instants, confortée dans l'assurance qu'elle avait bien fait de se déplacer pour venir en ces lieux s'informer et, bien entendu, dissiper, quelques malentendus...

A la jeune femme ayant pris place à ses cotés, la Malemort adresse un salut, lui glissant discrètement qu'elle n'avait manqué que les prémices de la Conférence avant de reporter son attention sur le Duc ...



Duc George, permettriez vous que je vous adresse quelques remarques et questions ? Pensez vous que le progrés et l'évolution soient des concepts dont le Royaume n'ait que faire ?

Lorsque vous rappelez le temps ou les Feudataires ne faisaient point allégeance au Monarque, vous évoquez un temps ou le Palais Royal se trouvait dans un bien triste état de désolation, moi même, lorsque je fus nommé à l'Office de Grand Chambellan, je dus entreprendre toute une série de travaux pour rendre cette grosse bâtisse vivable, et à présent que j'y demeure, je vous assure que le confort est encore à revoir, ceci étant, nous disposons d'une Salle du Trône et d'une Conseil des Grands Feudataires parfaitement aux normes... Point tant pour décorer ou exposer les magnifiques tapisseries royales que pour incarner par devers nous la réalité concrète du lien vassalique.

En effet, il fut un temps ou cette nécessité fut écartée, de par la volonté des Feudataires, eux même, il fut remit au gout du jour, prestation du serment qui fait d'un homme ordinaire le légitime régnant de sa province, valorisation du Concilium et association des Feudataires dans la conduite du Royaume, ce ne sont là que deux exemples concrets du désir de la France, de son besoin, de construire et d’améliorer les bases même de son héritage.

Vous parlez d'asservissement... je peine à comprendre comment l'Autorité Royale pourrait asservir, elle est la garante de l'intégrité du Royaume et du droits de ses peuples à vivre, s'épanouir et prospérer dans le respect des droits et devoirs de chacun. Le Souverain dispose, naturellement, des pouvoirs de justice, de légiférer, de régner, sans cela, il n'y aurait pas tant de Roi ou de Reine qu'une joli mannequin à exhiber le dimanche et les jours fériés.

Vous parlez des marquisats et des chevaliers en province, point amusant, sur lequel je reviendrais bien vite... Pensez vous que parce qu'il y a des années de cela, un vieux Duc a octroyé un fief supérieur à son rang, à quelques personnes, on tient là une coutume ? A ce compte, le premier Comte du Limousin ayant anobli les onze membres de son conseil, doit on considérer qu'en Limousin la coutume veut que tous les conseillers comtaux doivent être anobli sans quoi on commet un crime contre l'Histoire ? Ceci dit, je pensais également qu'il aurait été bon de ne pas laisser les Marquisats exister seulement en Isle de France, aussi ai-je pris conseil, en début de mon règne, auprès de mes Feudataires, oh ciel, j’espère qu'ils n'ont pas vécu cela comme l'asservissement d'ailleurs, bref... il en est ressorti qu'ils n'ont pas jugé cela souhaitable ! Même chose pour les Ordres de Chevalerie !

Pour ce qui est de la diplomatie, vous vous inscrivez encore en faux... Le Berry est une province vassale de la Couronne de France, elle ne peut donc pas traiter avec un État souverain. Pourquoi ? Pour la même raison que celui qui possède un champ de blé ne commerce pas avec un boulanger... Mon analogie n'est elle pas adorable ? Non ? Mais si, je vous assure ! Bon, j'ai un autre exemple... si demain une mairie berrichonne négocie avec une province voisine en établissant qu'elle veut nouer un accord commercial exclusif avec la dites province, s'engager à considérer son codex comme le seul légitime et verser ses impôts à la dites province voisine, bref, se rattacher au voisin... Faut il considérer que le Berry asservi la bonne ville en question en entendant faire respect sa suprématie sur sa bonne ville ?

Autre point intéressant... vous semblez penser que la légitimité au Trône des provinces ne vient que de l'élection, en ce cas, vous ne reconnaissez pas les révoltes comme pouvant être légitimité ? En ce cas vous considérer que le Droit Divin se transporte jusque dans les élections ducales/comtales ? Compteriez vous pour rien la légitimité qui vient du Très Haut et qui s'incarne dans la personne qui accède au Trône de France pour nier que c'est dans le serment vassalique que né la légitimité du Feudataire ? N'est ce point, Duc George, pêcher par mauvaise foi que de penser qu'il suffit d'une élection pour jouir de tous les droits, et je ne dirais pas "passes droits", en ne reconnaissant aucune entité au dessus de sa personne ?

Je vais passer sur la liste de vos griefs pour me fixer sur "la valeur ajoutée". Le Berry est la France et la France est le Berry. Quand on estime que son Royaume part à la dérive, quand on estime ses droits bafoués ou ses intérêts oubliés, on ne se cache pas derrière une "indépendance" devenue coup de mode, on retrousse ses manches, on prend son bâton de pèlerin et on fait changer les choses. Jamais la France n'a été plus mal servie que lorsque la résignation ou la mauvaise foi ont poussé les gens à se taire. Jamais la France n'a été plus grande et plus belle que lorsqu'elle s'est tournée vers le progrès et le changement.

Des erreurs, la France en a fait, mais, toujours, elle en a tiré les enseignements nécessaires. Depuis que j'ai commencé à la servir, j'ai vu la France se modeler, changer, s'adapter. J'ai, moi aussi, connu l'époque pré hérauderienne, j'ai connu l'époque ou la moitié de la Bourgogne était Champenoise, j'ai connu la France -j'étais pré-pubére à l'époque bien sur- et j'ai pu lire l'annonce de la création de la Pairie, de l’avènement du premier Grand Maitre de France, l'ouverture du Salon des Feudataires, la fondation de la Curia Regis, la naissance du Secrétariat d’État et tant d'autres choses... J'ai connu une petite France qui chancelait à la sortie de la grande guerre, je vois maintenant une France grande, forte de la différences de tous ses peuples, une France menacée par l'avidité, la jalousie et la corruption de ceux qui croient qu'une province s’achète. Je vois une France qui ne renoncera pas, qui n'abandonnera aucun de ses sujets, qui va lutter pour sa conservation, qui va continuer à progresser, à évoluer et qui, pour cela, a besoin d'entendre les avis de ses vassaux, a besoin d'opposer ses arguments à ceux qui, et ils en ont le droit naturel, pensent différemment. Je vois une France que beaucoup critiquent mais que peu tentent d'aider, et pourquoi ? Pour anoblir qui leur chante ? Destituer ceux qui dérangent ? Pour pouvoir condamner en justice leurs opposants sans que quiconque ne puissent intervenir ?

Duc George, vous pouvez dire que vous n'avez aucun intérêt pour la France, mais ne dites qu'elle est statique, impotente, qu'elle n'entend pas assurer à ses peuples le respect de leurs droits en échange de celui de leurs devoirs, car depuis le premier jour ou j'ai foulé le sol de France, j'ai vu ma France démontrer le contraire.

Comme vous le soulignez, les promesses n'engagent que ceux qui les font, et vous avez été bien niais de croire en celle d'une bécasse mais... il semble transparaitre de tout cela que vous ne voyez pas la véracité du lien Suzerain/Vassal... le Duc du Berry, lorsqu'il y en aura un, un vrai, légitime, disposant des prérogatives d'un Duc légitime, n'a pas de maitre, il aura une suzeraine, à qui il devra respect, aide et conseil et qui lui devra justice et protection. Ces mots ne sont pas un simple sésame, un "bon pour un fief de retraite", ils sont le socle du Royaume... vouloir le bien du Berry, c'est vouloir le bien du Royaume. Vouloir régner sur la France c'est accorder au Berry la même place que n'importe quelle autre province .

Vouloir être un "bon père de famille", c'est ne pas écarter les cousins, les oncles culs de jattes, les tatas gâteuses ou les mamies zinzins...

Duc George, pour le Berry, avez vous jamais été prêts à mettre de coté votre personne, à prendre sur vous le poids des désaveux et des critiques, à vous faire petit parce qu'il est tellement plus grand que vous ? Est ce que, le matin, en vous levant vous sentez peser sur vos épaules le poids des attentes, des espérances, des souffrances de tout un peuple que vous avez le devoir de servir jusqu'à en rendre gorge ? Est ce que pour eux vous seriez prêt à renoncer à tout ce qui a jamais pu avoir de l'importance, vous apporter du bonheur, en ce monde ? Régner, que ce soit sur une province ou sur un Royaume, c'est ça, et rien d'autre, c'est ne jamais en faire assez, ne pas être assez rapide, assez précis, assez intelligent, c'est faillir, trébucher, avoir mal mais continuer parce que lorsqu'on règne, on a le droit à l'échec mais pas à renoncer et que les larmes, c'est à l'intérieur qu'il faut les verser, parce que les larmes du régnant comptent pour rien et ne sont rien.

Non... ne répondez pas, contentez vous de vous interroger... et, en suite, dites moi si un seul jour le statut de félon vous a pesé, si vous estimé qu'il vous a frappé à tort et ce que vous avez fait, depuis, pour que justice vous soit rendue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georgepoilu
Admin
avatar

Nombre de messages : 5279
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Dim 5 Fév 2012 - 23:08

beau discours bien rodé votre majesté, mais qui sonne ici tellement creux

Détrompez vous,

si la France était le Berry, il n'y aurait pas de procès politique, pas de chasse des opposants politiques par les armées, pas d'insulte à l'Eglise, pas de concordat rompu uniquement pour inculper un religieux dans un procès politique, pas de brigands aux ordres du pouvoir, pas de peine de mort requise et appliquée par la justice, pas d'armée qui fauche les voyageurs... comme tout cela se déroule en ce moment chez votre fidèle et loyal vassal tourangeau du royaume de France.

Si la France était le Berry, croyez moi qu'elle serait bien différente de votre France.


Le jour où le Duc de Berry vous fera à nouveau allégeance, vous aurez son respect. Depuis qu'en 1453, le Duc de Berry Juliani traita le roy de france de roitelet, jamais aucun Duc de Berry n'a manqué de respect à la couronne. Vous aurez les conseils avisés comme les ducs de Berry les ont toujours prodigué, avec sérieux et sans volonté de plaire. vous aurez l'assistance comme le Berry l'a toujours donné. En échange, vous nous offrirez protection et justice. Mais au de là de ce serment, vous ne déciderez pas à la place du Duc de Berry de qui gère un lopin de terre berrichon, de comment il rend justice, de qui il peut honorer ou à qui il offre son amitié.

L'avenir sera ce que vous en ferez ! Si vous voulez du Berry comme vassal fidèle et fiable, pas comme ceux qui vous font allégeance et ne vous portent pas assistance ou oublient de vous donner conseil - acceptez la main tendue, celui de l'authentique lien de vassalité, loin de toutes ces règles et institutions de soumission que Paris nous imposent.

Si je peux me permettre un conseil, cessez d'écrire l'histoire de France avec le sang de vos sujets ! Ne soyez plus le souverain craint mais le suzerain respecté !

Sur ce, je continuerai volontiers cet échange avec vous, mais nous allons quitter le sujet de cette conférence et faire attendre les autres intervenants. Je rends donc la parole à notre ami Retz, vice chancelier du Ponant.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alandrisse

avatar

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 22/01/2012

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Lun 6 Fév 2012 - 10:34

La petite brune se leva presto, elle avait des questions la Montbazon.

'Scusez moi, j'aimerais intervenir euh rapidement. Hum, bonjour à tous, Alandrisse, humble Languedocienne.

Regard, elle était prête à indiquer la zone du Languedoc. Il faut dire que dans le Nord on oubliait souvent le bas du Royaume.

Mais bon je vais d'abord intervenir en tant que Premier Secrétaire d'Etat, que voulez-vous, j'ai tendance à protéger plus que de raison mon office. Tout d'abord, j'aimerais soulever un point sur le Secrétariat d'Etat. Vous dites que cet office est un réseau d'espionnage. Ce qui me fait doucement sourire avouons-le. Je tiens à indiquer le fait que les Secrétaires d'Etat dans le HDR ne peuvent être dans le conseil d'une province sans l'aval du Régnant. La Couronne serait si tyrannique, elle l'imposerait. Ben vi, pour avoir de la bonne info autant être là où elles se font, non?

Donc imaginer que se sont des espions, c'est assez amusant, si pour vous récolter des annonces comtales et faire un bilan des grands évènements de sa province c'est espionner. Je n'ose imaginer ce qu'est un véritable espion. Mais bon, si vous souhaitez comprendre les rouages de cet office, je serais ravie de vous faire faire le tour du propriétaire. Enfin bref, c'était mon côté Grand Officier qui ressortait.

A présent, la joyeuse habitante du Royaume de France, on constate aisément qu'il y a de nombreux points négatifs, qu'il y a et aura toujours des soucis entre les provinces vis à vis de la Couronne. Que voulez-vous, lorsqu'on se retrouve à plusieurs il y a toujours des couacs. A mon sens, la communication reste le meilleur moyen d'avancer. Car tourner le dos et faire une liste de tout ce qui ne va pas pour justifier son départ ou son absence, c'est un ultime recours. Prenons l'exemple de Châteauroux, qui s'est désolidarisé du Berry. Puis il y a eu du changement et cette ville a réintégré sa province d'origine. Le point clef de ce rappel est le changement. Rien n’est gravé dans la roche, fort heureusement.

Poursuivons sur l'Acte 2, imposer des lois, avoir une CA, je trouve cela plutôt étrange de relever ce point. Enfin si j'ai bonne mémoire, la Bretagne possède une Cour d'Appel et pourtant vous êtes dans la même alliance. Et votre Duché a aussi un codex de loi, je n'entends personne crier à l'infamie. Nous avons tous besoin d'une trame à suivre, sinon c'est la loi du plus fort qui régnerait.

Ensuite Acte 6, je suis un peu diplomate moi-même. Donc je peux en toucher un mot. Est-ce que vos villages ont des traités avec d'autres provinces et/ou villages hors Berry? C'est un peu le même système, il faut tout de même garder une certaine cohésion dans nos actes. Si les provinces A et B signent avec Y et que X entre en guerre avec Y alors que X est ami avec A. Il y a un souci à un moment donné. La cohésion diplomatique permet d'éviter ce genre de bévue. C'est d'ailleurs pour cela, que sur initiative une salle pour les diplomates du Royaume de France ouvrira ses portes, dès que les architectes se décideront à la bâtir. De plus, il y a le conseil des Grands Feudataires, cette pièce n'est pas là pour s'hurler dessus et lancer des remerciements à tous. A la base, c'est tout de même pour échanger entre régnants, le Monarque, la Curia et la Pairie. Ensuite l'échange de fief, ect, ça c'est niveau héraldique, je suis sûre que votre bon ami Thomas de Clerel pourra vous dire le pourquoi du comment.

Hum, bon je ne vais pas poursuivre, j'ai tendance à trop parler. Mais en résumé, si on regarde bien les choses. Vous quittez un système pour en intégrer un autre. Vous allez seulement vers un endroit où vous supposez que l'herbe sera plus verte. Mais malgré tout, vous poursuivez vos échanges économiques avec ses provinces "royalistes". Vous avez recréé une hérauderie, vous gardez vos fiefs octroyés par un office de la couronne. Que vous le vouliez ou non, c'est ensemble qu'on reste fort et qu'on résiste. Il faut certainement réajuster des choses, mais cela ne doit pas être une raison pour quitter le nid. Cela en occupe peut-être certains, mais pour ma part, je préférerais que mes écus soient placés pour les faire fructifier que de passer mon temps à payer des armes et de la nourriture. Enfin ce n'est que mon avis, passer des jours dans la boue ou me payer des tonneaux de vin, le choix est difficile je vous l'accorde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georgepoilu
Admin
avatar

Nombre de messages : 5279
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Lun 6 Fév 2012 - 11:35

Décidément, les autres interlocuteurs ne vont jamais pouvoir poursuivre, alors rapidement madame la Languedocienne

Si le secrétariat d'état n'est rien d'autre qu'une compilation de communiqués des provinces, ouvrez donc vos locaux au public que tout le monde puisse être informé de ce qui se passe dans les autres provinces et pourquoi ne pas remplacer votre office par un journal publiant les communiqués des atres provinces ?

Quant au dialogue royal, depuis de smois, nous n'avons entendu que le bruit des bottes et le cliquettis des épées...

Par contre, vous semblez mal informée pour celle qui dirige le service de renseignement royal: Chateauroux ne s'est pas détaché, un étranger né en touraine s'est installé en Berry, s'est fait élire maire et a unilatéralement ouvert les portes de son village aux armées de Touraine. Réaction immédiate, un soulevement populaire des castelroussins l'a expulsé de la mairie dans les heures qui ont suivi... malheureusement l'armée ennemie était entrée dans le village, rattachement et pilllage ont suivi. Mais lors des premières élections libres, 2 candidats dont un ancien maire soutenu par l'ex maire déchu. Ce candidat n'a fait que 19% des voix face au défenseur du Chateauroux berrichon que je suis. Bref, autre débat que cela, contactez moi si vous voulez un complément d'nformation.

Savez vous que la slovaquie a également une cour d'appel ? ainsi que l'émirat de turquie, mais le Berry ne se sent point obligé de s'y soumettre. Où le serment vassalique impose t il de soumettre notre justice ? Dire que le suzerain nous doit justice ne veut pas dire que nous devons lui soumettre notre justice provinciale, saisissez vous la différence ?

Saviez vous que Chateauroux est peuplé de berrichon parlant berrichon, changeant d'année à paques, mangeant nos sopécialités culinaires, buvant de la bug, fréquentant l'université de bourges, fournissant des élus au conseil ducal berrichon, des Ducs et autres personnalités au berry, ayant fourni nombre de soldats à nos armées, nombres de nobles à notre province, nombre d'ambassadeurs, de négociants au Berry. Je suppose que vous saisissez la différence entre l'enracinement berrichon de chateauroux et le lien artificiel entre le Berry et la france qui ne repose que sur un serment de notre Duc à votre Roy.

Le Berry ne rompt pas son lien vassalique, il constate que la Couronne l'a rompu en lançant ses armées contre nos soldats dans une guerre privée entre le Berry et ses voisins.

Bref, le Berry ne quitte pas ce Royaume mais il constate que cette France s'éloigne de celle à laquelle le Berry avait accepté de se lier par serment. Cette nouvelle France ne veut pas d'un Berry soucieux de conserver ses libertés anciennes et traditions, nous en prenons acte, tout simplement.


Par contre, je suis au regret de vous annoncer que mon ami Thomas de Clérel n'est plus de ce monde.

En son souvenir, observons une minute de silence avant de poursuivre avec Retz.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thrandhuil

avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 10/01/2012

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Lun 6 Fév 2012 - 12:41

...

Plop!

Chhhhuuttttt

...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alandrisse

avatar

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 22/01/2012

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Mar 7 Fév 2012 - 7:39

Elle se tut, ben vi la minute de silence. Puis elle reprit rapidement la parole.

Pour mon office, je trouve l'idée excellente et je vais m'y pencher dessus. Si vous permettez que je vous emprunte l'idée bien entendu. Le but de l'office étant de partager et de communiquer, c'est plutôt interessant. Surtout que j'ai mis en place cela en Languedoc. J'aurais pu en faire de même au niveau royal.

Pour la CA, comme vous avez su le dire tout à l'heure au sujet du félon. Où on stigmatise une personne et non pas tout un peuple. Là vous répliquer le même shéma avec la CA. Lorsque l'on va en CA c'est individuel et non tout une province. Sauf que vous integrez le Berry dans votre argumentation, en indiquant que c'est le Berry qui ne souhaite pas y aller. Pourtant, je pense qu'on peut partir en quête dans les archives de la CA pour retrouver des dossiers d'appel. Enfin là dessus, vous devez mieux vous en souvenir, étant du dragon.

Je vous promets que maintenant je ne dis plus rien jusqu'au prochain intervenant.


Petit sourire avant de s'asseoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
minlawa

avatar

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 28/01/2012

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Mar 7 Fév 2012 - 14:44

...pas d'insulte à l'Eglise, pas de concordat rompu uniquement pour inculper un religieux dans un procès politique, ...

tilt.... Minlawa se réveillait et écoutait d'un coup... en effet, même si les querelles de terres ne l'intéressait pas... On avait évoqué le mot église... cela l'intéressait, même si cela n'avait pas réellement d'importance ici lieu.

Il écoutait attentivement donc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Fou

avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 22/01/2012

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Mer 8 Fév 2012 - 1:44

Bonne prise... il la regarde frétiller, humant la fragrance douceâtre qu'elle a lancée contre ses narines affûtées. La richesse de l'odeur est un luxe qui ne se perd pas facilement. Toutes les cours raffolent de ces senteurs cachant la fange sur laquelle elles se sont élevées. Prisons dorées ! On s'y verse de fines liqueurs pour oublier l'effort et la sueur, renoncement terrible à la cruauté de la réalité. Il n'est plus de parade que dans la parure, les quelques airs de danse que l'on y joue encore ont goût de pourriture... hauteur et registre, cet univers-là est limité. Mondanités...

Il faut bien que quelqu'un fasse ce dont d'autres discourent.

Coup d'œil dans l'allée où quelques retardataires tentent de se faire oublier. Un Artésien aux premières loges, une Poitevine aux intérêts criants... chacun y va de son gratin pour cuisiner le reste de l'assemblée. Combien oseront passer de l'autre côté du miroir ? Le regard brun est reporté sur la princesse aux pieds dénudés, prenant avec elle une distance qui ne le quittera plus.

Je viens au spectacle, comme tout le monde...

La joute tant attendue débute. C'est donc une farce ! Six mois de règne ont noyé l'exaltation des grands mots d'intronisation... les rêves ont viré de bord. Définitivement. Le Berry rivalise d'arguments avec Paris en étayant sa rhétorique éprouvée des faits les plus récents. Vertueux ou vicieux, tous ont plongé dans le cercle des évènements. Ce qui en sortira, nul le sait...

L'agitation voisine est contagieuse. Et s'il se levait ? L'idée devient pulsion, favorablement accueillie par ses membres à l'unisson. Oui. Dénouer les tensions grandissantes, claquer les portes encore ouvertes et les sortir de leurs gonds. Libérer le souffle, rugir et laisser dire...
Léger mouvement de jambes qu'il abandonne immédiatement.
Un hommage est imposé à l'audience.


La peste soit du silence !

Un autre prend son tour...
Le prochain viendra un jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marzina

avatar

Nombre de messages : 6
Localisation : Angers
Date d'inscription : 21/01/2012

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Mer 8 Fév 2012 - 16:16

Confrontation de points de vue, chacun a vécu la même chose, et chacun l’a vu différemment. Est-on en Berry ? Elle se croirait en Bretagne…Il ne manque qu’un aveugle et une rousse et l’illusion serait parfaite. Ou peut-être un prince pédant aussi, pour se repaître de la chose en ricanant. Décidément, si les mondanités avaient fini par la lasser, ce n’est pas les conférences qui la distrairont de son ennui grandissant. Elle agite ses pieds nus dans le vide, distraitement, comme battant la mesure pendant ces joutes verbales. Elle préférait encore les siennes avec l’Ours que celles auxquelles elle assiste à ce moment là, à croire qu’elle finit par préférer la compagnie des gueux. Ou que la politique la lasse vraiment.
Elle hausse les épaules à la réflexion de son voisin. Elle n’a pas la même vision des choses. La liberté, l’indépendance, ça ne se fait pas, ça ne se fabrique pas comme une chose. Probablement son point de vue de bretonne née en plein guerre d’indépendance, la brûlure sur sa cheville est là pour le lui rappeler. Soupir, ça manque d’alcool ou de violence ici, peut-être des deux finalement. Un petit attentat, voilà qui aurait pu être drôle.


« Vous parlez d’un spectacle, chacun campe sur ses positions, le débat est ouvert mais peu d’esprits le sont. »

Et elle met son voisin dans le lot, lui qui rentre dans sa coquille comme un bernard-l’hermite. La question qui se pose, de qui vient sa coquille? Toute à sa réflexion, elle le voit qui s’agite à son tour tandis que le Poilu impose une minute de silence.

« La peste soit du silence ! »

Elle le sent renfrogné, voilà qui l’amuse elle, et le sourire en coin qui la caractérise revient naitre sur ses lèvres. La gamine qu’elle n’a jamais cessé d’être ne pût s’empêcher de remarquer:

« On dirait un môme qui boude. »

Elle aussi, elle aurait aimé quitter la salle, elle s’ennuie.

« Si vous n’étiez pas en mode bernard-l’hermite, je vous aurais volontiers offert une diversion pour vous permettre de décamper. »

Les scandales, ca la connait. Les sorties remarquées aussi. Serait-ce un jeu d’enfant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jiraya

avatar

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 07/10/2010

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Mer 8 Fév 2012 - 16:24

Jiraya ecoutais l’assistance avec grand interet et trouvais le debat fort interessant;

malgré le fait qu'il n'ai pas pris la parole durant toute la conference, il observat une minute de silence

_________________
____________________________________________

A bove ante, ab asino retro, a stulto undique caveto.
Prends garde au bœuf par devant, à l'âne par derrière, à l'imbécile par tous les côtés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alekine

avatar

Nombre de messages : 3175
Age : 46
Date d'inscription : 23/08/2008

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Mer 8 Fév 2012 - 21:46

Alekine prit la parole
Damoiselle, je me présente, je suis Alekine, je suis castelroussin, en fait avant la guerre j'étais le curé de la ville. J'ai été élu ducal ainsi que maire de Chateauroux pour un mandat.
Quand le maire de Chateauroux a fait son plébiscite, il n'a pas demandé aux castelroussins de répondre, il a fait un vote public où tout le monde pouvait voté ... surtout les tourangeaux. Avec d'autres castelroussins, membres de l'ost et de tout courant politique, nous avons été déçu par ce qu'il se passait et poussions nos chefs à récupérer la ville. Nous avons tous considérer que le maire avait trahit notre idéal, mais nous n'étions pas surpris, il avait refusé d'envoyer des soutiens à Bourges.
Pour avoir été présent du début de la guerre à la fin, j'ai surtout remarqué que nous avons toujours essayé de donner des gages à la reyne de notre loyauté, arrété nos armés pour une trêve entre autre, pendant que les troupes adverses faisaient route vers nos remparts. Je n'ai vu que mensonges de l'autre coté, tellement que je me dit que si nous étions independant, au moins ce serait franc, ce qui a manqué dans cette guerre du côté royaliste.
Et je ne suis pas un indépendantiste fervent ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Retz

avatar

Nombre de messages : 1111
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Ven 10 Fév 2012 - 19:06

Une fois que tout le monde obtint réponse à ses questions, Retz reprit la parole.

Vous avez pu découvrir au travers du discours de George différentes institutions royales, je vais maintenant m'attacher à vous les présenter plus en détail.

En effet, avant de parler d'indépendance, peut-être devrions-nous nous intéresser au royaume de France et à son fonctionnement.

Comme le duc de Berry et d'Aigurande, j'ai décidé de diviser mon intervention en plusieurs parties afin que vous puissiez en prendre connaissance dans les meilleures conditions.

En premier lieu, qu'est-ce que le royaume de France ? Vaste question, auquel nous allons tenter d'apporter une réponse aussi complète que possible.

Le royaume de France est une monarchie élective dirigée par un roi, le roi de France.
Le monarque est élu par les conseils ducaux du royaume, le clergé et les hautes couches de la société.
A son élection, il est sacré par l'Église qui en fait un exemple et le défenseur de la foi, et dispose dès lors de pouvoirs et de devoirs liés au serment de vassalité qui unit la Couronne aux provinces vassales, malheureusement trop souvent oubliés, au profit de quelques agitateurs proches du pouvoir.

Le royaume de France, sur lequel règne le roi, est divisé en provinces du Domaine royal (domaine privé du roi, dans lequel il est maître et peut faire ce qu'il veut. Le DR a souvent des problèmes de cohésion et d'efficacité, c'est là le propre des alliances imposées), et en provinces vassales qui élisent leurs dirigeants et ont choisi de se placer sous la bannière du royaume de France. Ces provinces ont des libertés (tout du moins en théorie) et trois devoirs : auxilium, consilium et obsequium.
Le roi a quant-à lui le devoir de protection, de justice et de subsistance envers son vassal. Des institutions royales ont été mises en place pour superviser l'application de ces devoirs, et conseiller les provinces vassales, mais elles tendent avec le temps à dépasser leurs compétences en s'octroyant les prérogatives des provinces vassales.

La gouvernance du Royaume et les institutions royales sont principalement confiées à la direction de deux Chambres de conseil, la Curia Regis et la Pairie.

La Pairie est composée de Pairs de France, membres de la haute noblesse de France nommés par le souverain après examen des autres Pairs de France, selon un ratio de 1 Pair pour 700 habitants.

Toutefois, une récente réforme de Nebisa a aboli le critère géographique et assoupli les critères d'admission pour les clercs.
En plus de la suppression du critère géographique, la Pairie est maintenant limitée à 25 Pairs, ce qui signifie que certaines provinces pourront compter plusieurs Pairs de France, tandis que d'autres en seront fatalement dépourvues. Cette réforme avantage donc les provinces habituellement proches du pouvoir, au détriment des provinces du Ponant ou du Sud de la France, et permet au souverain d'intégrer l'ensemble de ses amis à la Pairie, renforçant l'idée d'une ploutocratie dominante qui se protège entre elle.
Cette réforme illustre également une certaine rétractation du pouvoir, puisque la Couronne se ferme à la diversité pour privilégier certaines provinces.

La Curia Regis, quant-à elle, est composée des 10 Grands Officiers de la Couronne (11 en comptant le Grand Ambassadeur de France, depuis la récente modification de Nebisa) nommés par le Grand Maître de France avec l'approbation du roi de France.
- Les Grands Officiers ont chacun la responsabilité d'un Grand Office, souvent composé d'un ou de plusieurs offices.
- Ils sont en outre chargés d'administrer le Domaine royal par délégation du roi de France et gèrent les institutions royales.

Le premier Grand Officier de la Couronne est le Grand Maître de France. Nommé directement par le roi, son rôle est de superviser le travail des Grands Officiers, il les nomme et les révoque sur décision du roi de France. Il gère également la surintendance du Domaine royal et peut placer une province du DR sous tutelle.
Cette charge, très importante sous le règne de Levan, tend à faiblir avec la mise en place de la monarchie élective. On raconte notamment qu'Armoria tenait la plume de Levan lorsqu'elle a décidé de déclarer George Poilu félon à la Couronne.
Par conséquent, la monarchie élective correspond logiquement à une centralisation des pouvoirs au profit du roi élu.

Le Grand Chambellan de France a quant-à lui la responsabilité de la Chambre royale, et des Offices comme la Bouche, les Menus plaisirs, etc...
Il nomme les huissiers (des ouvreurs de porte deluxe) et a à charge le collège Saint-Louis de France et l'académie royale (culture de France).
Son office s'étend à la gestion des admissions à la Pairie, et le Grand Chambellan de France peut occasionnellement recevoir les allégeances des Grands feudataires en l'absence du roi.
C'est un peu le Grand Office "Pompon et fanfreluches" de la royauté.

Le Grand Écuyer de France a la charge des écuries et haras royaux, mais aussi des ordres royaux au service de la Couronne. Censés servir la cause royale et défendre la veuve et l'orphelin, ces ordres sont susceptibles d'être dévoyés de leur fonction principale, comme on a pu le voir pendant la guerre lorsque les ordres royaux défendaient la Touraine, lui permettant d'envoyer toutes leurs forces assaillir le Berry.

Le Grand Aumônier de France s'occupe des affaires religieuses du Royaume, et en particulier du personnel d'Église qui entoure le roi et ses proches.
- L'hôtel-dieu relève de son Grand office, il s'agit d'une œuvre de charité au service des nécessiteux et de la médecine.
A noter que l'Église et la Couronne sont liées par un concordat, le concordat de Paris, qui prévoit que la religion aristotélicienne est la religion officielle du royaume, qui protège la famille royale et le clergé, et met en place le cadre religieux.
Cependant, suivant que le roi soit plus ou moins aristotélicien, ce concordat tend à s'affaiblir pour donner plus d'importance aux intrigues politiciennes. Ainsi, le Chancelier de France a déclaré que les provinces de France étaient libres de rompre leurs concordats sans encourir de sanction (la Touraine a d'ailleurs inauguré ce nouveau droit en rompant son concordat pour pouvoir lancer un procès politique).
Aujourd'hui, la religion d'Aristote se cantonne à son rôle culturel et a l'influence que le roi veut bien lui donner.


Le vieillard se tut quelques instants, pour que chacun puisse assimiler la quantité d'information énoncé jusqu'à présent. Il lança un regard insistant en direction de Thrandhuil, pour que celui-ci débute le premier intermède.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iskander

avatar

Nombre de messages : 69
Localisation : Saint Pol de Léon
Date d'inscription : 21/11/2010

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Dim 12 Fév 2012 - 16:06

Ecouter, apprendre, se questionner déjà ... les dérives, les courants, puis, au milieu de tout cela, les hommes, leurs ambitions, ce besoin intense d'aimer et d'être aimé qui conduisait certains à commettre des choses terribles ... surtout avec des outils politiques si complexes et si potentiellement coercitifs.

Les débats avaient montré des gens si opposés dans leurs aspirations, si vifs dans leur désir d'être.

"Vivre ensemble". Quand ont est nombreux, c'est sans doute complexe. Construire ainsi des institutions permettait peut-être de stabiliser les choses, d'éviter que le moindre courant d'opinion emporte tout ... le prix de la liberté à la liberté.

Mais à ce point ... cela faisait de nombreuses gens, d'ambitions à nourrir, autant de susceptibilités à ne pas froisser. Et il pouvait sembler si simple, si aisé de regarder celui qui était loin, celui qui était absent, avec mépris pour tenter de se grandir auprès de ceux dont on aspirait un regard.

Sommes toutes, c'était là l'essentiel peut-être, le regard du Souverain, puisqu'il avait été décidé qu'il en serait. Nous en avions deux ici, présentes.

Était-ce cela qui conditionnait tout ? La manière dont le souverain nous regardait ? Ou la manière dont nous le regardions ?

Je risquais de me perdre dans les méandres d'une telle réflexion.

...

ou pas ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thrandhuil

avatar

Nombre de messages : 50
Date d'inscription : 10/01/2012

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Lun 13 Fév 2012 - 10:37

Retz venait de brosser un portait très intéressant du Royaume de France. Une description factuelle et des illustrations partisanes, mais la claire distinction entre les deux rendaient l'exposé très percutant. L'air de rien, c'était un véritable plaidoyer pour un Royaume plus juste.
Puis le vieil homme lança des regards insistants dans la direction de Thrandhuil, caché entre les rideaux dans les coulisses...

Qu'est-ce qu'il me veux? C'est pas à moi, pas encore!

Quoi?.. J'entends pas? T'as soif?


Plop!

regard horrifié du Berrichon

Non?

Diantre, on va pas la laisser se perdre...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jimmy_de_Aragon

avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 31/01/2012

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Jeu 16 Fév 2012 - 7:00

Jimmy était toujours attentif au moindre mouvement de chacun... Mais l'ambiance paraissait se détendre...

Il s'en réjouit et se détendit quelque peu... Le temps passait... Tout lui semblait bien long...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   

Revenir en haut Aller en bas
 
Conférence sur l'Indépendance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Force Ideal Ensemble Respect :: Rez-de-Chaussée - (Partie Publique) :: Amphithéatre Public-
Sauter vers: