Force Ideal Ensemble Respect

F.I.E.R. d'être Berrichon !
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Conférence sur l'Indépendance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage
Korigann

avatar

Nombre de messages : 1005
Localisation : Saint-Aignan
Date d'inscription : 19/10/2008

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Jeu 16 Fév 2012 - 10:16

Korigann s'était, semble-t-il, perdu dans les locaux du FIER... Il se demandait pourquoi tous les bureaux étaient vides. Etait-ce un jour de vacances ? Personne ne l'aurait prévenu ? Norf de norf !! En se promenant dans les couloirs, Kori eu subitement une pensée malsaine "et si je passais pas la cave de papy Georges ?"

Korigann fit un détour par la bibliothèque, à la conquête de l'entrée de l'antre alcoolique de ce monument du FIER. Mais dans sa recherche, il fut surprit d'entendre quelques voix émaner de la salle de conférence... Il ne put contenir un violent
NORF en prenant conscience qu'il était lui aussi invité à assister à cette conférence... C'était donc là qu'étaient tous les membres du FIER... Il se précipita donc en direction de la salle de conférence, mais pas trop vite, pour rester discret.

Lorsque Korigann ouvrit la porte de la salle, il se faufila sans faire de bruit et alla s'installer pas loin de Jimmy. Comme si son entrée retardée ne suffisait pas, il trébucha en atteignant son siège... Norf ! Il prit place et reprit ses esprits en chuchotant à Jimmy :


"Norf, j'avais zapé la conférence... Il s'est passé des trucs important ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Retz

avatar

Nombre de messages : 1111
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Jeu 16 Fév 2012 - 18:05

Comme le lecteur peut s'en apercevoir, la conférence suivait une organisation bien définie, chacun ayant son rôle à jouer au moment bien précis.

Un vrai spectacle, à la cadence minutée... ou presque.


Je vais à présent poursuivre mon exposé en vous parlant du Grand Office du Grand Ambassadeur de France.

Le Grand Ambassadeur de France est responsable des ambassades royales et de la diplomatie de la Couronne. Le Grand Ambassadeur de France nomme des ambassadeurs royaux pour le représenter auprès de tous les États étrangers reconnus par la Couronne.
Alors que cet office était auparavant rattaché au Secrétariat d'Etat, les ambassades royales sont devenus un grand office à part entière peu après l'élection de Nebisa.
En dépit de cette promotion, les ambassades royales, qui n'ont jamais vraiment brillé pour leur efficacité, n'ont pas progressé, bien au contraire.
Sa première impulsion fut de s'emparer il y a quelques années des affaires maritimes en prospectant auprès des Etats pour développer cette branche, mais force est de constater que les résultats ne sont pas à la hauteur des espérances et que les initiatives personnelles ont beaucoup plus de succès.
Par ailleurs, les ambassades royales se sont octroyées un beau jour le droit de décider de la politique des provinces vassales, qui rappelons-le ne font pas partie du domaine privé du roi, vis-à-vis des Etats étrangers.
Ainsi, les alliances entre deux provinces étrangères sont interdites et la Couronne prétend les contrôler, et c'est bien entendu le Ponant qui est dans le viseur.
Là encore, cette politique a démontré son inefficacité puisque toutes les alliances avalisées par la Couronne agonisent.
De surcroît, on a vu que la quasi-totalité des Etats étrangers s'étaient ligués contre la France dans la guerre Ponant-Nebisa (quoiqu'on peut aussi imputer cette politique désastreuse à l'incompétence des dirigeants de la diplomatie royale, qui en quelques mois ont réussi l'exploit de se mettre toute l'Europe à dos, leurs alliés y compris).
Aujourd'hui, les ingérences dans les politiques diplomatiques des provinces sont de plus en plus courantes et on a récemment vu que le Grand Ambassadeur s'autorisait à déclarer persona non grata des individus sur le territoire du royaume, ce qui semble augurer un contrôle futur des déplacements et des frontières au sein des provinces vassales.

Le Surintendant des Finances quant-à lui se consacre aux finances du Royaume, en particulier dans le DR où il a accès aux données économiques des provinces. Dans le reste du royaume, il a surtout un rôle de conseil.
Le cabinet des Finances nomme des intendant pour pourvoir à ses tâches, certains étant spécialisés dans des domaines précis (les mines, le prestige) tandis que d'autres sont affectés à des régions du royaume.
Les compétences du cabinet des Finances sont encore limitées, et se cantonnent surtout au Domaine royal, tandis que les provinces vassales gèrent leur économie comme elles l'entendent. L'apparition du trésor royal, couplé à une actualité militaire chargée, laisse à supposer un élargissement de ses prérogatives.

Le Premier Secrétaire d'État s'occupe de la communication dans le royaume. Il est titulaire de deux offices, les Archives royales (qui étaient anciennement un organisme privé géré par Rekkared) et le Secrétariat d'État. Les Archives royales recensent les conseils ducaux, les maires et les procès des provinces - comme leur nom l'indique, elles archivent l'histoire de France - tandis que le Secrétariat d'État nomme un Secrétaire d'État par province qui doit diffuser les annonces de la royauté dans toutes les provinces. Ainsi, chaque Secrétaire d'État a son panneau d'affichage en gargote et répond aux questions des régnants et de tous ceux qui le sollicitent sur la royauté. Ils sont des guides et organisent la communication dans le royaume.
Dans le DR, les Secrétaires d'État ont accès aux conseils ducaux en tant que représentants du roi.
Le PSE Alandrisse ici-présent a su à sa nomination donner l'impulsion nécessaire à ce Grand office pour le faire évoluer, et accroitre la communication de façon, il faut le reconnaitre, remarquable.
Son rôle se cantonnant désormais à la communication (avant, les ambassades royales étaient sous sa responsabilité), le Secrétariat d'Etat n'empiète pas sur les prérogatives des provinces vassales, cependant que ce Grand office dispose d'informations considérables et s'apparente à un véritable service de renseignement.

Le Grand Prévôt de France assure la sécurité intérieure du royaume par la prévôté des provinces vassales qui fait la liaison entre la Grande Prévôté et les provinces. Là encore, ses prérogatives sont plus étendues dans le DR que dans le reste du royaume.
Il gère aussi la Garde royale qui protège le souverain et sa famille, et garantie la sûreté de la ville de Paris et du Louvre.
Enfin, son rôle est politique puisque le Grand Prévôt enquête sur les plaintes contre les Grands du royaume qui lui sont soumises, et rend ses avis à la Pairie.
En effet, certaines personnes, du fait des dignités dont ils sont les porteurs (les régnants, les pairs de France, les grands officiers et les cardinaux) ne peuvent être jugés par les cours locales et relèvent de la juridiction d'une justice d'exception. C'est le Grand Prévôt de France qui reçoit et enquête sur ces plaintes, avant de transmettre ses conclusions à la Pairie qui devra statuer sur la poursuite ou non de la procédure en Haute Cour de Justice.
En général, les plaintes sont politiques et visent la plupart du temps à ennuyer un adversaire politique en le trainant devant les tribunaux. L'ex-Grand Prévôt Althiof de Marigny a d'ailleurs dénoncé ce travers lorsqu'il a démissionné, en regrettant que la justice soit dévoyée de sa fonction première qui est la protection du royaume, pour au final être politisée.

Le Grand Chancelier de France gère les affaires juridiques du royaume. Il nomme les officiers de la Cour d'Appel, qui dépend de son Grand Office, et est responsable de la Haute Cour de Justice, la juridiction spéciale dont nous parlions plus tôt.
La Cour d'Appel sert de tribunal de deuxième instance, elle juge en appel les décisions de justice de première instance, conseille les juges locaux, et établit des usages de bonne justice que les juges sont tenus de respecter s'ils ne veulent pas voir leurs jugements se faire casser par la Cour d'Appel.
La Cour d'Appel fait appliquer ses décisions par la Chambre des Exécutions, tandis que la Bibliothèque de la Justice royale recense le droit royal (mais cette bibliothèque n'est plus à jour depuis longtemps).
La Cour d'Appel a toujours été une institution très contestée, que cela soit à cause de ses délais de traitement de dossiers, de la moralité parfois discutable de son personnel (l'antre de la justice n'est en effet pas exempt de corruption), ou tout simplement de la nature des jugements rendus par icelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
June
Admin
avatar

Nombre de messages : 2687
Age : 38
Localisation : J'aurais bien une réponse, mais ça serait déplacé. Voilà.
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Mar 21 Fév 2012 - 15:35

June écoutait, c'était plutôt intéressant.

Il attendait la suite, à présent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loups.iowoi.org/
Berruyer

avatar

Nombre de messages : 1599
Date d'inscription : 20/04/2008

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Ven 24 Fév 2012 - 0:31

Malgré son ordre de surveiller la reyne, Berru ne pu s'empêcher de succomber à l'effet soporifique de Retz. D'un assoupissement infligé, il rêvait d'un Berry indépendant guidé par des hommes, de vrais hommes, fier de leurs valeurs et de leurs choix.
Ce monde paradoxale lui permettait de rester assoupit de façon détendue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georgepoilu
Admin
avatar

Nombre de messages : 5279
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Sam 10 Mar 2012 - 9:26

Voyant Retz dormir, et june somnoler, george prend la parole

mes collègues étant en pleine réflexion, je donne la parole à Iskander

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iskander

avatar

Nombre de messages : 69
Localisation : Saint Pol de Léon
Date d'inscription : 21/11/2010

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Sam 10 Mar 2012 - 9:34

Ah ... hum ... broum ... déjà ... maintenant tout de suite ?

Je me sentis devenir garance.

Je me levai, bousculant le gobelet d'eau, le laissant se répandre sur le projet de texte que j'avais griffonné ...


Euh ...

Mauvais début ...

Inspirer un grand coup ... imaginer tout le monde en sous vêtements ... et me lancer ... à la grâce de Deos, je me souviendrai bien de quelques bouts ...




Votre Majesté, Votre Majesté, Vos Grâces et Grandeurs, Illustres ou non, Mes Dames, Messires, chers tous,

Je suis Iskander.

Certains d'entre vous m'ont connu à l'époque où j'étais chancelier comtal de Provence.

...

Hem ... bref ...

Voilà.


La Provence est un état indépendant.

Il s'est doté d'une structure étatique, le Marquisat des Alpes Occidentales, auquel le Comté de Provence s'est inféodé et qui garantit la pérennité de l'Etat et sa souveraineté.

Vous vous souviendrez de la conférence sur le Marquisat des Alpes Occidentales qui s'est tenue céans, où Sa Majesté a brillamment tracé l'histoire de la Provence et de son indépendance et de la création du Marquisat des Alpes Occidentales, des faits qui en ont été la cause et des tribulations qui y ont mené. Je vous engage à en consulter les minutes avec délectation. Elles sont disponibles ici-même ainsi qu'en Chancellerie Provençale.


Si vous le permettez, j'en reprendrai et développerai deux éléments.


Le premier élément est l'indépendance.

Les causes de l'indépendance de la Provence se sont maintenant perdues dans les limbes de l'histoire. Il y a eu des promesses impériales non tenues, des obligations impériales non respectées, une révolte par rapport à cela, qui s'est transformée en une révolution avec cette idée que les provençaux parviendraient mieux à résoudre leurs problèmes eux-mêmes.

En somme, telle est l'idée de l'indépendance : ce n'est pas tant la rupture du lien de vassalité, par la force, que la concrétisation de cette idée majeure de prendre son dessein entre ses mains et en n'étant plus responsable de ses actes qu'envers soi-même.

En ce sens, le Marquisat des Alpes Occidentales n'est pas "indépendant de l'Empire". Il est "Indépendant", tout court.

La Provence est devenue véritablement un Etat indépendant et souverain lorsqu'elle s'est dotée ou, plus exactement, a décidé de se doter d'une structure étatique qui lui a permis de d'assurer cette "prise en main", de manière stable, pérenne et autonome, sans avoir à en rendre compte à quiconque, de quelque manière que ce soit. Cette structure a pris la forme du Marquisat des Alpes Occidentales.

Comment cela fonctionne-t-il ? Sa Majesté l'a expliqué lors de la conférence que j'ai évoquée liminairement. Je résumerai ici ses propos.

Le marquis est élu et son mandat persiste tant qu'il a la confiance du peuple provençal. Il fait la paix et la guerre, avec l'assentiment du Comte Illustre, dispose d'un droit de saisine de la Cour Suprême et d'un droit de Grâce et, en cas de défaillance du Comte Illustre, lui supplée.

Le Marquis est assisté d'un Conseil Marquisal, qu'il peut ou, pour ce qui concerne la guerre, doit consulter, constitué de personnes en charge, au premier titre, le Comte Illustre, le Doyen de l'assemblée des nobles, le Chancelier Marquisal, l'amiral, pour ne citer qu'eux.

Pour compléter cette structure étatique, le Marquisat englobe la Cour Suprême des Alpes Occidentales, qui connait les appels des décisions du tribunal Comtal de Provence et juge directement ses dirigeants, l'Assemblée des Hérauts des Alpes Occidentales, qui gère tout ce qui concerne la noblesse de Provence, la Chancellerie, où le Chancelier Marquisal et le Chancelier Comtal travaillent de concert, l'un pour ce qui relève des compétences du Marquisat et l'autre pour ce qui relève des compétence du Comté, qui assure les relations du Marquisat et de Provence avec le reste du monde, l'Amirauté, où les compétences sont également partagées entre le Marquisat et le Comté de Provence, qui gère le trafic maritime et fluvial et, enfin, la Garde Marquisale et ses auxiliaires, qui en constituent le bras armé.

Le Marquisat est doté d'une structure dynamique qui lui permettrait d'englober d'autres provinces qui souhaiteraient s'y joindre. Pour l'heure, seul le Comté de Provence, sa province fondatrice, s'y est inféodée.

La population de Provence n'est pas encore aussi nombreuse que du Royaume de France et, donc, les gens qui oeuvrent dans ces différentes institutions marquisales sont essentiellement des provençaux qui participent à la gestion de l'Etat, en assurant les différentes fonctions que j'ai citées précédemment, sans en retirer un pouvoir personnel exorbitant.

Pour ce qui concerne la paix et la guerre, le Marquisat est un état fondamentalement pacifique, qui a noué un réseau d'alliances et d'amitiés qui lui ont permis et lui permettent d'y garantir la paix ou de la rétablir lorsque la guerre vient la ternir.


J'en viens donc au second élément, qui me vaut sans doute d'être devant vous présentement, pour en avoir été un des artisans, à savoir la paix.

Comme vous vous en doutez, Sa Majesté Impériale n'a pas du tout apprécié la sécession de la Provence, faute dont la gravité à Ses yeux peut sans doute être mesurée à l'aune de celles reprochées à Elle par les provençaux.

Du point de vue des provençaux, leur Etat était devenu, en fait et en droit, indépendant. Du point de vue impérial, la Provence était une province rebelle, en fait et en droit. En somme, nous avons assisté à la naissance d'un nouvel ordre juridique distinct de l'ordre juridique impérial et de deux points de vue inconciliables sur la question.

Cela s'est traduit par des guerres, qui ont été rappelées lors de la conférence sur le Marquisat des Alpes Occidentales, menées par des aventuriers de tout poil qui trouvent sans doute leur contentement en cela, pour quelque prétexte que cela soit. Nous avons connu ses ravages. Nos agresseurs n'ont jamais pu nous faire fléchir, tant ce sentiment d'indépendance est fort et toujours aussi vif. Mais à quel prix. Ce n'est pas le coût des choses perdues ou détruites, ou celui de la guerre que je déplore le plus, car tout se reconstruit, mais bien la perte des êtres uniques qui, égarés dans cette violence ultime qui les dépasse, ont été emportés par elle.

Les chiens de guerre et ceux qui les ont commanditées ont, à cet égard, une dette inextinguible envers nous tous.

La plupart des nôtres ont survécu à ces guerres toutefois, beaucoup pétris des rancoeurs et désirs de vengeance. Et ce ressentiment étant certainement aussi vif chez beaucoup de ceux qui nous avaient fait la guerre.

Nous avions un choix à faire, somme toute assez simple : soit pérenniser la guerre, que ni les impériaux, tout puissants, ni les provençaux, irréductibles, ne pouvaient gagner, soit tâcher de gagner la paix ensemble.

Après un an et demi de travaux d'approche, de tentatives avortées ou réussies de se parler, de se comprendre, d'un an et demi de trêve relative, Sa Majesté Impériale et Sa Majesté sont parvenues à faire la paix. Je vous invite à consulter à la copie du traité conclu par Elles en Chancellerie Provençale.

Cela a impliqué des concessions de part et d'autre, principalement la reconnaissance mutuelle de la souveraineté de chacun, la fixation des frontières communes et la conclusion d'une paix des armes et d'une entraide. Cela implique bien des choses à construire ensemble encore, sur cette base, pour vivre en bonne intelligence.

Que cela ne vous trompe pas : le traité récemment conclu entre le Marquisat des Alpes Occidentales et le Saint Empire Romain des Nations Germaniques n'est pas un traité d'octroi ou de reconnaissance de l'indépendance de la Provence et du Marquisat.

C'est, avant tout, un traité de paix.

C'est un traité de paix.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iskander

avatar

Nombre de messages : 69
Localisation : Saint Pol de Léon
Date d'inscription : 21/11/2010

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Lun 19 Mar 2012 - 16:46

Un ange passa ... me laissant figé dans une position hiératique ... héroïque ... enfin, en plein vol.

Je me repris et ...


Hem ... Voilà.

Je suis disposé à répondre à vos questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
June
Admin
avatar

Nombre de messages : 2687
Age : 38
Localisation : J'aurais bien une réponse, mais ça serait déplacé. Voilà.
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Mar 20 Mar 2012 - 23:37

June avait écouté avec grand intérêt le monologue d'Iskander, et y avait appris beaucoup de choses.
Une question lui vint cependant, puis deux, puis trois, puis d'autres encore ; il leva le doigt.


"J'ai plusieurs questions, Iskander : j'ai bien écouté ce que vous avez dit, et la fin m'a intriguée ; il y a donc un traité, mais seulement un traité de paix. Cela veut-il dire que l'indépendance de la Provence est seulement acceptée mais pas reconnue ? Y a-t-il projet de reconnaissance de cette indépendance entre l'Empire et le Marquisat ? Quelle est la position de l'Empire aujourd'hui par rapport au Marquisat, y a-t-il toujours de la méfiance ou s'agit-il de confiance ? Quels rapports entre l'Empire, le Marquisat et le Royaume de France aujourd'hui ?"

Il assommait le conférencier de questions, mais la sujet l'intéressait particulièrement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loups.iowoi.org/
Iskander

avatar

Nombre de messages : 69
Localisation : Saint Pol de Léon
Date d'inscription : 21/11/2010

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Mer 21 Mar 2012 - 21:52

Un quidam ... une question ... deux .... beaucoup ...

Hem ...

Alors, voilà. C'est un très gro... long traité. Nous avons dû aborder de nombreux points, de nombreuses questions.

La reconnaissance mutuelle de chaque État est une de ces questions.

Le Marquisat reconnait l'indépendance et la souveraineté de l'Empire sur ses terres, même s'il n'en a pas vraiment besoin, et l'Empire reconnait l'indépendance et la souveraineté du Marquisat des Alpes Occidentales, l’État que le Provençaux ont créé, sur la Provence, qui n'avait pas "besoin" de la reconnaissance impériale pour être indépendante.

Mais, ce faisant, l'Empire et la Provence font coïncider leur conception du monde. Et l'Empereur reconnait qu'un bout de terre qu'il considérait avant comme sienne ne l'est plus, sur laquelle il abandonne toute prétention et ... et bien, cette terre ne peut plus servir de prétexte pour faire la guerre aux gens de Provence.

Cela a été un pas immense de la part de l'Empire.

Puis il y a eu toutes les questions des fiefs, de leur pavoisement et des livrées que devraient porter tous les pauvres gens qui y travaillent et ... enfin, je me perds, disons qu'il y avait une volonté forte, de part et d'autre, d'arriver à faire la paix, de manière pérenne, au delà des intérêts individuels.

Pour ce qui concerne les rapports entre l'Empire et le Marquisat, je dirais qu'ils sont cordiaux.

Ce même accord de paix prévoit la manière dont les relations entre l'Empire et le Marquisat, et les terres qui en font partie, se déroulent, doivent se dérouler. Ni le Marquisat, ni l'Empire, ne veulent trouver dans leurs relations futures raison de se faire la guerre à nouveau, directement ou par le truchements de leurs alliés respectifs. Et, donc, beaucoup de questions devaient être réglées pour éviter cela, et permettre des relations harmonieuses entre voisins qui se respectent mutuellement.

Quant au Royaume de France, son attitude a été assez paradoxale dans le passé.

D'un côté, il a ordonné la rupture de toutes relations diplomatiques avec la "province rebelle" qu'était la Provence. Nous avons assisté au départ peiné, malcommode, ... inconfortable de nombreux diplomates de talent qui étaient devenus des amis. Nous avons vu des traités rompus par ordre, de bien mauvais gré, quelle qu'ait pu être leur utilité.

D'un autre, la Provence a été sollicitée par le Royaume pour le soutenir dans sa guerre contre le Ponant, ce qui n'a pas été fait.

Enfin, aujourd'hui, les relations entre le Marquisat et le Royaume de France se normalisent. Les diplomates royaux sont venus remettre leurs lettres de créance et ... enfin, voilà.

Le reste, il nous faudra le construire.

Ais-je répondu à vos questions ?

En avez-vous d'autres ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
June
Admin
avatar

Nombre de messages : 2687
Age : 38
Localisation : J'aurais bien une réponse, mais ça serait déplacé. Voilà.
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Jeu 22 Mar 2012 - 1:31

Intéressant, vraiment intéressant.

"Plus de questions, merci pour les réponses, Iskander."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loups.iowoi.org/
Iskander

avatar

Nombre de messages : 69
Localisation : Saint Pol de Léon
Date d'inscription : 21/11/2010

MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   Mar 27 Mar 2012 - 15:50

Voilà ... s'il n'y a pas d'autre question, je vous propose de laisser la parole à ... euh ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Conférence sur l'Indépendance   

Revenir en haut Aller en bas
 
Conférence sur l'Indépendance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Force Ideal Ensemble Respect :: Rez-de-Chaussée - (Partie Publique) :: Amphithéatre Public-
Sauter vers: