Force Ideal Ensemble Respect

F.I.E.R. d'être Berrichon !
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Ils nous ont quitté ... (hommage aux fiersites décédés)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Georgepoilu
Admin
avatar

Nombre de messages : 5279
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Ils nous ont quitté ... (hommage aux fiersites décédés)   Sam 12 Jan 2008 - 4:07

Le FIER existant depuis le mois d'août 1454, certains anciens du parti nous ont quitté pour rejoindre le paradis solaire près de Christos et Aristote.

Voici l'histoire de certains de ceux qui ont marqué notre mouvement (et dont j'ai gardé les informations). Si vouss souhaitez laissé un mot en souvenir de certains d'entre eux, envoyez le moi par MP, je le rajouterai.

Ethelred
Franck de Montfaucon dit Franck83
Gorille
Morillon

à venir: Jazzette, Kuzcau


Dernière édition par georgepoilu le Sam 21 Jan 2012 - 22:07, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georgepoilu
Admin
avatar

Nombre de messages : 5279
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Ils nous ont quitté ... (hommage aux fiersites décédés)   Sam 12 Jan 2008 - 4:07

un des pionniers du FIER, fondateur du parti, politicien investi aux multiples responsabilités:

Franck de Montfaucon dit Franck83




Voici son histoire :

Né le 31 Aout 1453 (2005), Franck vient au monde près de Toulon dans un petit village dont le nom romain est vallis laéta (ce qui signifie vallée heureuse).Il n'a jamais connu ses parents, trouvé sur le pas de la porte de Grégoire le poète lequel venait de eprdre son épouse, morte en couche avec leur enfant. Franck lui redonne le gout de vivre et il lui donne une éducation simple mais complète avec une grande ouverture d'esprit.

Les poèmes et les femmes sont les grandes passions de franck83, charmeur, poli, galant et fidèle en amour comme en amitié. Charmeur, sa grande taille, la peau bronzée avec des cheveux un peux argenté malgrès son jeune age, ses yeux noisette avec une étincelle de joie de vivre et de bonheur dans le regard, font rapidement chavirer le coeur des damoiselle de son village.

Il prend goût au voyage et viendra poser ses valises par hasard à Châteauroux où il deviendra maraicher en vivant tranquillement et harmonieusement avec les autres villageois qu'il considère rapidement comme sa seconde famille. Sergent de police de chateauroux et archer de l'armée berrichonne, il veille à la tranquilité de son village.

Son coeur blessé par une histoire dont il n'a jamais voulu parler, il repart vers ses racines dans le Conté de Provence à Toulon où il rencontrera une jeune femme qui lui rend sa joie de vivre et avec qui il pourra partager toutes ses joies et peines. pednant ce mois de novembre 1453, il est un homme comblé auprès de cette magnifique jeune femme et de sa petite fille Sophie. Elle sera son seul amour et depuis ce jour pednant plus de 2 ans, il ne vivra que pour et par elle.

Il la demande en mariage, elle dit oui et Franck sait que sa vie ne sera plus jamais mausade.

Pour des raisons économique leur couple déménage à Guérét un charmand petit village limousin. Il est maintenant marié avec sa merveilleuse Kath qui est enceinte. il continuera à aider le maire comme conseiller aux futurs niveaux comme il le faisait à Toulon.

Leur fils Patrick nait dans la ville de Nîmes où la famille est établie. Franck aide toujours les jeunes villageois comme tribun.

Après avoir coulé des jours heureux à Nimes, la petite famille refait ses valises et va ammenager dans le village en peuplement de Mende (Languedoc). Ils s'intègrent rapidement et Ptite_kath devient la première maire du village. Pour l'aider, il devient conseiller au commerce. Quand elle fera son 2e mandat de maire, il l'aidera quotidiennement comme adjoint au maire. ce couple ne conçoit pas de ne pas travailler ensemble !

Quand la mairie de Mende est prise par révolte par Kobaia (bien connu de la justice berrichonne... un des plus connus d'ailleurs^^) qui se retrouve hors de sa mairie, la famille décide de quitter la région pour se rendre dans le village en peuplement de Vendômes (Touraine).

Très investi, il est sergent de l'armée, boulanger et sera même élu au conseil ducal tourangeau où il sera choisi par le duc pour être connétable de Touraine.


Même s'il avait beaucoup voyagé, il rêvait de revenir dans ce village de Chateauroux dont il avait gardé un si bon souvenir et de le faire découvrir à son épouse. Il lui en avait tellement parlé qu'elle accepte de le suivre pour ce retour au pays.

Après des études bien remplies, il était un des hauts fonctionnaires berrichons les plus appréciés pour sa disponibilité par les maires berrichons (voie de l'état), il avait une petite boulangerie à coté de son élevage de cochons au centre ville de Chateauroux.

De retour dans son cher Duché du Berry (comme il l'appelait), il ne tarde pas à se faire élire maire de Chateauroux, à la surprise générale face à un ancien maire soutenu par les notables locaux.

Pendant ce mandat, il relance le commerce castelroussin et organise des coopératives dans les filières en difficultés.

A la création du parti FIEr, il est un des premiers adhérents !

A la fin de son mandat, la petite famille commence à voyager mais un évènement le fera pourtant revenir sur les terres Berrichonnes, la création de la capitale Bourges et l'appel de son ami le Duc du Berry George le poilu qui lui demande d'en devenir maire pour lancer l'économie de la capitale berrichonne. Toujours prêt à faire son devoir, et voulant oeuvrer pour le bien des Berrichons et pour la grandeur du Berry, il se présente aux premières élections municipales de Bourges et les remporte le 09.11.1454 face à l'ancien Duc Juliani di juliano, dit Juju. Victoire politique qui sera connue de par la France entière, étant donné la personalité de son adversaire, ancien duc du Berry pendant 10 mois, secrétaire général du PARS. Dans les moments de déprime, les anciens du FIER se rappellent cette élection, ce qui suffit souvent à leur redonner du baume au coeur.

Parti de rien, en deux mandats (novembre et décembre 1454), il lance l'économie berruyère par son travail quotidien et dynamique et fera de Bourges un village à l'avenir prometteur !

Bourges ayant les cartes en main pour démarrer, il sera fier de céder les clés de la mairie à son épouse toujours présente à ses cotés après tant de temps et se lance à l'anventure des élections ducales sur la liste FIER et sera conseiller ducal berrichon du 10.1.1454 (2007) au 09.07.1455 (3 mandats soit 6 mois) où il sera tour à tour connétable, prévôt et procureur (2 mois chacun). il sera également lieutenant de la garde ducale et chef de régiment militaire berruyer de Bourges.

Très investi politiquement dans la vie ducale, il sera également élu au Conseil d'administration du FIER de décembre 1454 à avril 1455.


En juillet 1455, il se retire fatigué par ce long parcours et vivra en famille jusqu'à ce qu'il connaisse sa première et seule défaite, celle de la bataille qu'il livrait face à la mort. Il nous quitte comme il a vécu: sans bruit ni vacarme... en novembre 1455 à Bourges.

Une pensée pour ce compagnon, son épouse Pte_kath et ses deux enfants Sophie (2.5 ans, enfant de pte_kath qu'il avait élevé comme étant sien) et Patrick (1 an) qu'il laisse derrière lui !

ainsi était la vie de franck83 !




Quelques citations suite à l'annonce de son décès:

valatar a écrit:
Que Dieu accueille ce grand homme dans son Paradis Solaire. Nous ne l'oublierons pas

b2oba a écrit:
C'était le premier a me donner ma chance pour faire partie de son conseil municipal quand il était maire de Chateauroux.

Que son âme repose en paix.

johanara a écrit:
roh c'est trop triste!

jazzette a écrit:
Oui, un ami de très longue date .. Je l'aimais beaucoup.

homme des bois a écrit:
Adieu à un ami avec qui j'avais eu la chance de travailler

george le poilu a écrit:
Ce jour, j'ai appris par son épouse Pte_kath le décès de Franck83.

un ami de longue date et aussi un militant engagé de notre parti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georgepoilu
Admin
avatar

Nombre de messages : 5279
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Ils nous ont quitté ... (hommage aux fiersites décédés)   Mer 13 Aoû 2008 - 23:59

Il ne s'agissait pas d'un élu ou collectionneur de mandat, mais d'un homme de terrain qui travaillait quotidiennement pour son village et le FIER à saint AIgnan:

Gorille



Issu d'une famille de paysan, Gorille est né le 11 Avril 1454 à Saint-Aignan

très marqué par le souhait de s'élever socialement et faire la fierté de ses parents, il est effondré le 15 Nov 1454 par le décès de ceux-ci. il rencontrera alors Asterie qui 'laidera à vivre avec sa peine.

Le 28 décembre 1454, il rejoint le FIER.

Le 2 février 1454 (1455 à Paris), il se fiance à Asterie pour la vie. c'est ensemble que le 03 mars 1454, il se font baptisés par Kuzcau. Un beau mariage à la paroisse de Saint-Aignan les unit le 23 juin 1455.

la famille s'agrandira le 26 novembre avec l'arrivée de Brianna. Plus tard, un petit Maxence complétera la famille.

le 29 novembre, il est annobli par le Duc de Berry suite à la demande déposée par la Duchesse Jazzette: Gorille d'Ambparé seigneur de Farges-Allichamps.

Il a été pendant de nombreux mois officier de police de Saint aignan jusqu'à ce que le 16 janvier 1455, il passe à la douane de son village.

Très investi dans la vie publique de son village et au FIER, échevin des artisans de mars à juin 1456 et maire adjoint en juillet, il se présente comme candidat du FIER aux élections municipales d'août 1456. En pleine campagne électorale, à la veille des votes, il disparait sans donner de nouvelles. on apprendra plus tard qu'il était mort noyé dans le Cher après avoir voulu échapper à une tentative d'enlèvement.


Par cette biographie, rendons hommage à un militant de longue date qui a travaillé quotidinennement pour nous sans en tirer ni gloire, ni honneur.

_________________



Dernière édition par georgepoilu le Sam 27 Juin 2009 - 17:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georgepoilu
Admin
avatar

Nombre de messages : 5279
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Ils nous ont quitté ... (hommage aux fiersites décédés)   Ven 28 Nov 2008 - 16:25

Fondatrice du FIER, la pétillante ETHELRED



De sa naissance, elle ne sait que ce qu'une ancienne sancerroise lui a expliqué: un 8 janvier, des parents venus de loin parlant une drole de langue (région d'oC ?) qui l'ont confié à un couple berrichon vivant près de Sancerre...

Elle passe une enfance heureuse jusqu'a ce que ses parents adoptifs meurent de maladie, la laissant seule et sans ressources. C'est ainsi qu'à bout de forces, elle arrive au village de Sancerre vêtue seulement de haillons.

Fascinée par les armes, elle rentre à l'armée berrichonne et la police où elle grimpe rapidement les échelons pour devenir lieutenant de police de Sancerre, fonction qu'elle assume de nombreux mois. Dans les locaux de la police, une romance nait avec le prévôt Gilberg à qui elle offre son coeur.

La politique en l'intéresssait pas et c'est un concours de circonstances qui lui amènent ! Quand le maire de Sancerre Kheops00 se présente à sa propre succession et est sur le point d'être réélu, les premiers sondages lui étant favorable, elle déménage loin du Berry. Choquée par cette situation qui met le village en difficulté avec cette vacance de gestion, elle se laisse convaincre par son fiancé (alors prévôt du Berry) de se présenter à la mairie (3 mandats de maire) alors que les votes étaient déjà commencés.

A une seule voix près, le 19 juin 1453, elle réussit son pari d'éviter l'élection d'un maire qui avait fuit le pays (Kheops00 49.2% - Ethelred 25.4%) et lui impose un 2e tour qu'elle remporte haut la main avec 69.8 % des suffrages !

Elle gère son village pendant 3 mandats (réélue le 21.07.1454 avec 80.9% et le 20.08.1454 avec 81.3%) d'une main de fer dans un gant de velours !

Lors de son 1er mandat de maire, en juillet 1454, une guerre oppose les saint aignanais et les sancerrois, connue sous le nom de guerre de la poire: les saint aignanais menés par leur maire George le poilu partent attaquer Sancerre suite à la décision des sancerrois d'arrêter la livraison d'alcool de poire.
Avec énergie, elle organise la mobilisation et défense sancerroise. Exemplaire pour ses troupes, elle sera blessée à plusieurs reprises lors des combats sur les barricades érigées dans le village.

Etonnament, c'est cette bataille qui crée les liens amicaux entre sancerrois et saint aignanais qui con,duiront à la création de la liste FIER. Quand le maire de Saint AIgnan George le poilu lui propose de lancer une liste aux élections ducales pour faire concurrence à la liste unique du Duc Juliani, elle est partagée entre sa volonté de se lancer dans cette aventure et le fait que son fiancé Gilberg se trouve sur l'autre liste.
Après plusieurs jours pour répondre favorablement à la proposition de son ami george, elle amène avec elle les candidats sancerrois (la moitié de la liste) et l'aventure du FIER débute en août 1454 ...

Sa liste remportant les élections, elle laissera son partenaire George le poilu devenir Duc et assumera les fonctions de CAC avec la difficile mission de remettre les comptes ducaux en positif. Elle se fait élire encore 5 autres fois au conseil ducal et sera alternativement capitaine et prévôt du Berry.

Elle reçoit les terres de Vouzay du Duc george le poilu où elle ré&sidera jusqu'à son décès.

La maladie la contraigne en 1455 à se retirer au monastère en ses terres où elle décédera un an plus tard en juillet 1456.

une grande dame qui par ses actes a changé l'histoire du Berry !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georgepoilu
Admin
avatar

Nombre de messages : 5279
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Ils nous ont quitté ... (hommage aux fiersites décédés)   Sam 27 Juin 2009 - 18:57

Morillon



Son village ayant été entièrement détruit par un incendie au cours du quel décéderont ses parents, jeune orphelin il allait de village en village et s'est retrouvé à Saint Aignan le 20 août 1453 (2005) où un villageois l'a recueilli et élevé.


Dès le début, il suivra en politique son cousin george le poilu, plus par amitié que par passion, ce qui l'amènera à être échevin de la solidarité et de l'aide au vagabonds (équivallent tribun actuel et parrainage) de son village en octobre 1454, à rejoindre le parti FIER dès sa création en octobre 1454 (24.10.2006) et à être élu aux fonctions suivantes:

- Président du FIER: 25.12.1454 au 21.02.1454
- membre du CA du FIER d'avril 1454 à août 1455
- Juge de Berry 12.05.1455 au 11.07.1455 (Duc George le poilu)
- commissaire aux mines du 08.01.1455 au 03.03.1455 (Duc Valatar)

Quelques faits d'armes. Pacifiste, il n'hésitait cependant pas à prednre els armes si son pays ou village était attaqué.

En janvier 1455, il suivra ses cousins Scanx007 et Georgepoilu à la capitale Bourges pour participer à la révolte devant mettre Htfrison à la place d'un maire défaillant.

Annobli au rang de seigneur par le Duc de Berry le 20.02.1455, il gèrera les terres de Saint-Benoît-de-Sault.

Le 31.05.1455, il participe les armes à la main à la reprise de la mairie de Saint AIgnan des mains des sorciers tourangeaux et auvergnats qui s'y étaient invités !

Lors de la guerre de septembre - octobre 1455, son cousin georgepoilu l'envoie créeer une armée à Nevers pour revenir au Berry aider le pays ravagé par les armées touranegalles et auvergnates. Malgré les pressions diplomatiques et militaires et les difficultés à coordonner des personnes de différents pays et langues, avec l'aide de Cricrilutras, il monte son armée forte d'une quarantaine de soldats aguerris (15 languedociens, 15 bourguignons et des volontaires de diverses régions). Son armée revient par Sancerre pour participer à la libération de notre pays.

Lors de la signature du cessez-le-feu en octobre 1455, il refuse de déposer les armes et son armée pénètrera en Touraine sans blason berrichon. Sur demande de la duchesse Jazzette, l'armée sera dissoute mais il prend alors la tête de ses hommes (une vingtaine le suivront jusqu'au bout) pour attaquer Vendomes. Nombre d'entre eux sont tombés sur le champs de bataille au nord ouest de la Touraine !


De sa vie amoureuse, il n'aura qu'un seul nom: Cricriultras ! Tout débute un soir de novembre 1454 lors d'un bal à Saint Aignan. L'idylle tournera court et il sera effondrée lors du mariage de sa promise avec son ami Htfrison.. Il restera cependant une forte amitié qui les fera se rapprocher lors du décès de Htfrison lors du conflit de septembre 1455.

Une romance redémarrera et le mariage sera célébré le 15 mars 1455. Un mois plus tard, ils quitteront le Berry le 17 avril 1456 pour aller découvrir les plaines du sud à albi (comté de Toulouse). c'est là bas qu'il apprendra que l'enfant de son épouse Cricriultras avait comme père son précédent époux.

Effondré par le chagrin, il se retire en monastère et mourra quelques mois plus tard loin des siens.


cousin du Duc George le poilu, il a été un de ses plus fidèles compagnons d'arme politique et militaire. toujours discret, ce travailleur de l'ombre aura témoigné d'une longue fidélité en amour, politique et amitié.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georgepoilu
Admin
avatar

Nombre de messages : 5279
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Ils nous ont quitté ... (hommage aux fiersites décédés)   Ven 21 Déc 2012 - 10:06

(en cours, pas définitif)

Citation :
POUMONA (Prudence de la Rose Noire Champlecy)



Née à Bourges en 1432, elle est élevée par une vieille berruyère (lors du décès prématuré de sa mère). Rapidement, enfant espiègle, Poumona fait l'école buissonnière pour suivre les débats politiques de la grand place de Bourges. Avoir raté les cours de mathématiques explique sa brouille avec les chiffres à l'âge adulte.

Rapidement repérée par le maire de Bourges Hercules, elle intégre le conseil municipal comme conseillère aux élevages et cultures avant de devenir tribun de son village. Si le maire conquiert son coeur, c'est le bouillonnant Berruyer qui la séduit politiquement et l'amène à rejoindre le parti FIER qu'elle ne quittera qu'à sa mort des années plus tard.

Sa vie s'écoule paisiblement avec Hercules quand la Touraine attaque le Berry en 1457. Galvanisée après une discussion avec le Duc de Berry George le poilu, elle annule son voyage amoureux avec Hercules et s'engage pour défendre la liberté de son duché !

Brèves de la guerre 1457 :

- Les défenseurs de Bourges croient à une attaque ennemie et Poumona défend avec acharnement malgré sa peur des premiers combats. Malheureusement, c'était l'armée berrichonne et c'est son duc qui la transperce de son épée. Elle ne manquera pas, depuis ce jour-là, de maudire maudira l'incompétence de nombreux fonctionnaires et gardera une large cicatrice au milieu du ventre, qu'elle exhibera avec fierté comme marque de son duc.

- Après la chute de Bourges aux mains auvergnates, Poumona surfe sur l'indignation des berrichons pour organiser la résistance populaire choquées par la vieille noblesse julianiste qui avait accepté la capitulation. Depuis la cave de la taverne, devenu le repère des résistants, elle planifie des révoltes. Lors d'une révolte réussie, elle place ses braies noires à la place du drapeau auvergnat, drapeau qu'elle cachera et que nul n'a jamais retrouvé.


Après la guerre, elle ne s'habitue pas au retour au calme et va faire une promenade en Allemagne avec ses amis insurgés mais l'hospitalité teutonne les conduit en prison suite à un malentendu douanier. Elle y donne naissance à son fils unique Guilhem Horvy.


De retour en france au Berry, elle s'oppose aux fieristes modérés controlant le Duché et se sent responsable de la scission du FIEr entre les pro Renlie et les pro George pour avoir envoyé un courrier aux berruyers critiquant le pouvoir (des fieristes pro renlie). Cette culpabilité ne la quittera jamais alors qu'en réalité, elle était étrangère à cet évènement..

Elle sera ensuite élue et réélue maire de Bourges avant de prendre un peu de repos dans son élevage porcin."Plus je fais de politique, plus j'aime mes porcs !"

Quelques mois plus tard, elle se retrouve 2e de la liste ducale de Gilgaalad pour le FIER. Militante acharnée du FIER, elle occupera diverses fonctions ducales mais ce sera les débats politiques publiques et la vie interne du parti qui l'intéresseront réellement. "je préfère mourir que de quitter le FIER !" dit-elle lors de sa rupture amoureuse avec Hercules, son amour de jeunesse quand il lui demande de quitter la politique pour fonder une vie de famille.

Elle se fera élire à plusieurs reprises à la présidence du parti FIER. Assagie par la fonction (difficile vu son tempérament), le FIER connait un dynamisme important sous sa présidence.

Lors d'une soirée, M1ne lui avoue être son père. En colère sur le coup, elle finit par lui pardonner et accepter sa paternité. Pour mieux afficher son mépris de la noblesse, elle a longtemps cacher sa filiation maternelle avec la noblesse provençale tout en gardant d'excemmentes relations avec ses trois cousines Constance de Champlecy dites Milady (future duchesse de Provence), Victoire de Champlecy dite Tryolite et Aureanne du Belloy

La famille était tellement importante pour Poumona qu'elle n'éhsite pas à aller n Provence quand sa cousine Constance est enlevée et séquestrée ce qui la verra se faire décorer de la croix du mérite Provençale.

Sur insistance de son vieil ami George le poilu, qu'elle aimait à appeler "papy" , elle accepte d'aller s'installer en Limousin pour essayer d'y développer le FIER. Arrivée à Limoges elle sympathisa rapidement avec divers limousins et se retrouve rapidement au conseil comtal mais son caractère de cochon et ses origines et amitiés politiques berrichonnes feront que les royalistes limousins réunis autour de Nebisa (la future reyne) bloqueront son ascension politique.

Finalement, le Berry lui manquait tellement qu'elle décide de quitter le Limousin pour aller en ... Périgord (exemple typique d ela logique poumonienne) où elle cherche et trouve sa vieille ennemie berrichonne Claire de Déols et la provoque en duel, qu'elle perd avec une blessure à la jambe. Elle voulait écumer les tavernes périgordine mais la démission du conseil comtal limousin de sa colistière Esyllt l'amène à y retourner pour terminer le mandat d'élu comtal.

pendant ce temps, une parenthèse berrichonne, le plus beau jour de sa vie dira-t-elle souvent, Poumona est convoquée par le vieux poilu pour se faire anoblir, George le Poilu était maintenant son suzerain, il venait de lui étaler du sang puis de la terre d'aigurande sur le visage.

Grande Chancelière du Limousin, elle aime rencontrer les diplomates étrangers et recruter/former les jeunes diplomates de son comté mais elle ne supporte pas la paperasse qu'elle laisse trainer sur son bureau.

Lors d'une attaque bretonne sur le Limousin, ses opposants limousins l'accusent d'informer les bretons, accusation jamais démontrée mais la rumeur circulera dans toute la provnice et entraine son renvoi du poste de Chancelière. de colère, elle menace la comtesse de son épée mais sa vieille blessure à la jambe la fait chuter. Inquiète la comtesse regarda l'état de cette jambe... Le diagnostique tomba, gangrène ! Amputation rapide... Dépression et coups de folie s'en suivent.

La guerre vient d'être déclarée au Berry, elle écrit alors à son suzerain pour lui demander permission de rentrer au Pays pour se battre à leurs cotés, permission refusée. Pour ne pas désobéir à George, elle tente de se faire bannir et expulser du Limousin mais nb'y arrive pas malgré un coup d'épée dans le ventre d'un noble influent.

Dépitée, elle désobéit à son suzerain et rentre en Berry, tout ce qu'elle voulait, c'était revoir les forêts berrichonnes. Au Berry on lui fit une jambe de bois, elle peut à nouveau se battre, mais même les combats et les tavernes berrichonnes ne lui remonte pas le morale. Elle n'avait plus qu'une idée en tête, se venger d'Aldraien et d'Elisa de Malemort les deux femmes qui l'avaient fait virer de son poste de Chancelière !

La campagne militaire l’emmène jusqu'en Poitou Un soir alors qu'elle se repose dans sa chambre d'auberge, ayant été blessée et expulsée lors d'une attaque française contre la Tremouille, une femme encapuchonnée entre dans sa chambre et lui crève un oeil d'un coup de dague. Borgne et unijambiste, elle rentre au Berry où une sorte de trêve a été décrétée. "La trêve ce n'est que pour les officiels, j'ai pris gout au sang je continuerais d’ôter la vie !" s'était elle exclamée avant de quitter les terres de Saint Denis de Jouhet pour rejoindre la Provence ou elle devait assister aux funérailles de sa cousine Constance.

Indépendantiste acharnée, elle se range derrière la Marquise Hersende de Brotel devenue cousine par alliance pour se battre pour l'indépendance provençale. "Sur le chemin du retour j'irais en Limousin récupérer mon fils, il parait que des Malemort lui offre une éducation royaliste, il est hors de question que je laisse faire ça !" pressée par cette nouvelle elle pris la route du Limousin.

-Arrivée à Limoges Prudence croise son fils, elle essaye de le récupérer mais se dernier s'enfuie hors de la ville, la traitant comme un inconnue. Le poursuivant elle fini par arriver devant les terres de Saint Julien, terres appartenant à Aldraien de Malemort Carssenac. C'est tout ce que nous savons sur cette histoire, la suite est que son corps fut rapatrié au Berry par les soldat de la Malemort et qu'elle fut enterrée dans les jardins du FIER.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georgepoilu
Admin
avatar

Nombre de messages : 5279
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Ils nous ont quitté ... (hommage aux fiersites décédés)   Ven 21 Déc 2012 - 10:07

A venir: Kuzcau, Jazzette, George Aristote, Horvy

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ils nous ont quitté ... (hommage aux fiersites décédés)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ils nous ont quitté ... (hommage aux fiersites décédés)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il nous a quittés.
» JANVIER 2016 ? ils nous ont quittés
» FEVRIER 2016 ? ils nous ont quittés
» Nesquick croisé Spitz 13ans nous a quittés (Dépt 54)
» Pierre Falardeau est mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Force Ideal Ensemble Respect :: Rez-de-Chaussée - (Partie Publique) :: Notre parti-
Sauter vers: